Trois Soeurcières - Terry Pratchett.

Publié le par MDV

Tout le monde vous le dira, les volumes qui composent les fabuleuses « Annales du Disque-Monde » ne sont pas tous de valeur égale. Tout comme Zola n’est pas toujours au mieux de sa forme dans « Le Rêve » ou « La Débâcle » par exemple, Terry Pratchett, lui, fait alterner le plus endiablé comme « La Huitième Fille » avec nettement moins inspiré et beaucoup plus ronronnant, comme «Sourcellerie, » ouvrage que je bâille déjà à résumer.

Mais, dans « Trois Soeurcières » (6ème opus), pas de doute : c’est au plus endiablé que nous avons affaire. Il faut dire que, dès le départ, page 9, puis page 12 très précises de l’édition de L’Atalante, l’auteur pose le décor d’une parodie du fameux trio des sorcières de Macbeth. Pour celles et ceux qui n’auraient jamais jeté un seul coup d’œil sur le Disque-Monde, voici le ton :

Page 9 :

« Le vent hurlait. La foudre lardait le pays comme un assassin maladroit. Le tonnerre roulait en va-et-vient sur les collines sombres cinglées par la pluie.

La nuit était aussi noire que l’intimité d’un chat. Une de ces nuits peut-être où les dieux manipulent les hommes comme des pions sur l’échiquier du destin. Au cœur des éléments déchaînés, parmi les bouquets d’ajoncs dégoulinants, luisait un feu, telle la folie dans l’œil d’une fouine. Il éclairait trois silhouettes voûtées. Tandis que bouillonnait le chaudron, une voix effrayante criailla :

-« Quand nous revoyons-nous, toutes les trois ? »

Une pause suivit.

Enfin, une autre voix, beaucoup plus naturelle, répondit :

- "Ben moi, j'peux mardi prochain." (...) ..."


Page 12 :

« … (…) En de pareilles nuits, les sorcières sont de sortie.

« … Enfin, de sortie, d’accord, mais pas n’importe où, pas à l’étranger. Elles n’aiment pas ce qu’on y mange, on ne peut pas se fier à l’eau et les chamans monopolisent tout le temps les transats. Mais une pleine lune bataillait contre les nuages loqueteux, et les bourrasques pleines de murmures sentaient la magie à plein nez.

Dans leur clairière, au-dessus de la forêt, les sorcières tenaient la discussion suivante :

« Mardi, moi, je fais du babysitting» dit celle qui n’avait pas de chapeau mais une crinière de boucles blanches si épaisse qu’on aurait dit un casque. « Je garde le petit dernier de mon Jason. Vendredi, j’peux. Dépêche-toi avec le thé, mignonne. Je meurs de soif. ( …) … »

Vous en conviendrez avez moi : les sorcières qui se livrent au babysitting ne sont pas légion dans la littérature, encore moins dans le théâtre shakespearien.

Car c’est bien de Shakespeare que s’inspire directement l’intrigue de « Trois Soeurcières, » jugez-en.

L’infâme duc de Kasqueth, sorte de Macbeth falot que domine entièrement sa puissante et sadique épouse, lady Kasqueth (j’espère que vous admirez le jeu de mots, soit dit en passant ), assassine le vieux roi Vérence. Un serviteur dévoué parvient à sauver l’héritier ainsi que sa couronne – l’héritier est encore au berceau et la couronne est plutôt encombrante, les deux détails ont leur importance, vous le découvrirez par la suite – et, par un étrange hasard, les emmène sur la lande où notre trio de sorcières – Nounou Ogg, Magrat Goussedaille et l’ineffable Mémé Ciredutemps déjà croisée dans « La Huitième Fille » - déguste son thé nocturne.

Les hommes de main du duc, qui poursuivent le serviteur dévoué, abattent celui-ci (par derrière) en lui lançant un carreau d’arbalète - ce sont des infâmes, eux aussi ... Mais (je parie que vous ne l'auriez pas deviné tout seuls :angemoqu: ) le malheureux a eu le temps de confier et le bébé et sa couronne à Mémé Ciredutemps. Inutile de vous préciser que celle-ci n’est pas du genre à s’en laisser imposer par quelques malfrats, eh ! eh ! ... Nyarknyarknyark

Bref, de fil en aiguille, Mémé Ciredutemps et ses consoeurs en arrivent à confier l’enfant à une sympathique troupe d’histrions ambulants – le hasard faisant bien les choses chez Pratchett, il se trouve que le Directeur de la troupe et sa femme ont perdu toute jeune leur petite fille et ne demandent qu’à accueillir ce bébé qui leur tombe du ciel. Quant à la couronne, elle disparaît pour un temps considérable tout au fond des malles d’accessoires des comédiens.

Pendant ce temps-là, le duc de Kasqueth se montre particulièrement ignoble envers le peuple du royaume. Visiblement, ni lui, ni sa femme ne sont faits pour cette dure mais si digne fonction que constitue la Royauté - le duc s'ennuie d'ailleurs terriblement mais n'ose l'avouer à sa maritorne d'épouse, laquelle tient assez de la Reine de Coeur d'"Alice". Aussi le Mécontentement sourd-il tant à droite qu’à gauche.

Tant et si mal que nos trois sorcières vont se voir peu à peu acculées à un tour de passe-passe très spécial : faire avancer le royaume de quinze ans en avant afin de permettre à l’Héritier de reconquérir son trône – avec leur aide, bien entendu.

C'est d'ailleurs en cette occasion qu'il nous sera donné d'assister à ce spectacle unique qu'est le ravitaillement EN PLEIN VOL d'un balai de sorcière. Mr. Green

Je vous passe les détails, croustillants (Nounou Ogg est très portée sur les plaisirs charnels , par exemple, plaisirs que Mémé Ciredutemps, elle, par contre, réprouve hautement ), éthyliques (Nounou Ogg, toujours elle, aime aussi à boire autre chose que du thé), sanglants (par une étrange aberration, le duc et la duchesse de Kasqueth sont persuadés qu’ils peuvent torturer une sorcière en toute impunité ), romantiques (Magrat Goussedaille, la plus "fleur bleue" et la plus jeune du trio infernal, tombe amoureuse du Bouffon du Roi ), mélodramatiques à la Eugène Sue ou à la Paul Féval (l’Héritier n’est pas vraiment celui qu’on croit et, en fait, le véritable Héritier, c’est … ), parodiques (Pratchett emprunte joyeusement non seulement au "Macbeth" du Grand Will mais aussi à son très existentiel « Hamlet »), cocasses (le style de l’auteur dans son ensemble), etc, etc …

En bref, un conseil : laissez tomber votre ordinateur et courez vous acheter « Trois Soeurcières » ou encore "La Huitième Fille". Leur gaieté et leur désinvolture devraient vous faire passer un excellent quart-d’heure. Même les fanatiques de « Fantasy » pure et dure y trouvent leur compte – n’est-ce pas tout dire ?

Commenter cet article