Assassinat de Romain : écoeurement.

Publié le par MDV

J'écrivais récemment sur Nota Bene que le meurtrier d'un Occidental était toujours une "pauvre victime", la seule d'ailleurs dans l'histoire, celle que les medias présentaient comme la seule à plaindre alors que l'assassiné, lui, finalement, on n'était pas tout à fait sûr qu'il n'avait pas volé ce qui lui était arrivé.

Lisez cet article sur le jugement du jeune Marocain de 25 ans qui a assassiné, de deux coups de hachette dans le crâne et par derrière, un adolescent de 14 ans qui l'avait "insulté" en lui refusant une cigarette (l'ado ne fumait pas). Romain, la jeune victime, était en compagnie de sa petite amie, qui est parvenue à s'enfuir mais que le meurtrier avait prise en chasse, toujours muni de sa hachette :

Le Figaro

Aux mauvais esprits éventuels, je précise que l'article paru sur Libération tient le même discours et que, c'est visible, les deux journalistes et leur rédaction sont, les uns et les autres, gênés aux entournures par tout ce qu'implique cette histoire.

En tous les cas, si le Marocain a tué - et froidement - c'est parce qu'il a été victime d'une transplantation brutale d'une "société archaïque" (avocat de la défense dixit) dans une société à laquelle il ne comprend rien et qui le maltraite. Déjà, il était passé par l'Espagne et, pour reprendre un article non disponible désormais sur le Nouvel Observateur et que le journal rapprochait de son propre billet sur le meurtre de Romain, "vivre en Espagne depuis les attentats, c'est vraiment dur pour un Marocain ..." Notons au passage que l'assassin n'aurait pas plus de 12 ans d'âge mental.

Notons aussi que, bien évidemment, tous ceux qui ont protesté contre le verdict sont des "racistes." Oh ! ne nous voilons pas la face : des racistes professionnels s'étaient certainement glissés parmi eux ... Mais est-ce une raison pour assimiler tous ces gens, justement indignés par un verdict trop faible, à une espèce de coterie tout juste bonne à réclamer du sang à cor et à cris ?

Franchement : je suis écoeurée. Et vous ?

Ecoeurée parce que cet adolescent est mort deux fois et que ceux qui s'acharnent le plus sur sa dépouille sont ceux-là même qui étaient censés faire respecter sa mémoire.

Ecoeurée parce que, si son meurtrier souffre d'un réel problème mental, pourquoi l'expédie-t-on dans un univers carcéral qui ne lui viendra pas en aide, bien au contraire ?

Ecoeurée parce qu'il n'y a pas de justice en cette affaire.

Ecoeurée par ce malaise qui rampe, qui rampe partout en France ... et que trop d'opportunistes laissent ramper parce qu'ils sont persuadés qu'il finira par leur rapporter gros.

Ecoeurée par des avocats qui se disent gens de justice et capables de tenir un langage comme celui ci-après surligné en gras à des parents en deuil :

Me Perez avait évoqué un être fruste issu d'une "société archaïque" projeté en Europe. "On vous demande de raisonner en fonction de votre conscience! (...) Vous n'êtes pas la vengeance! Vous n'êtes pas ici pour écraser quelqu'un !", lance à la cour Me Pezet. Puis il se tourne vers les parents de Romain, vêtus de noir: "je vous comprends de ne pas accepter le pardon, mais au fond de moi je pense que vous avez tort (...) Vous ne pouvez pas vivre avec l'idée de revanche, avec la haine". (Source : Internaute-Actus)


D'un côté, l'avocat du meurtrier affirme à la cour qu'elle n'est pas là "pour écraser quelqu'un !" et, deux minutes plus tard, que fait-il ? Il s'en va, lui, écraser les parents de celui qui, à ce jour, reste tout de même la victime de cet assassinat !

Du coup, l'avocat de la Partie civile a dû prendre la parole en lieu et place des malheureux ainsi montrés du doigt alors qu'ils n'ont jamais incité au meurtre ou au lynchage de l'assassin de leur fils :

Trop bouleversés pour témoigner à la barre, leur avocat Marc Geiger a parlé pour eux vendredi matin, faisant revivre le souvenir de leur fils avec pudeur et humanité, sans animosité à l'égard de son assassin présumé. "Vous savez qu'aucune insulte n'a jamais été prononcée par Romain", a toutefois dit Me Geiger à Hamadi Ed-Debch, lui reprochant de ne pas "avoir eu l'intelligence instinctive de le reconnaître".(Source : Internaute-Actu)



Publié dans Indignations.

Commenter cet article

eric 20/05/2006 13:50

Avec la justice de ce pays, on va d'écoeurements en indignations ! Quand j'ai pris connaissance du verdict , mon café s'est mis en travers de ma gorge !
J'en ai mis une "couche" chez moi, juste avant de te lire. Ton billet résume parfaitement l'affaire, et la colère qu'elle suscite légitimement !    On se demande parfois si cette société n'a pas carrément "zappé" l'être humain de son fonctionnement !  Pas facile de garder la tête froide parfois !